marc bouzy avis

Marc Bouzy : un autre faux Robin des bois

Marc Bouzy se présente comme un passionné de la Finance qui aurait passé sa vie à lutter contre la cyber-escroquerie. En association avec Nicolas Gaiardo, ils ont mis au point le service Ckeck and Pay, édité par Warning Trading. Littéralement « consulte et paie », ce service aurait pour objectif de fournir aux traders toutes les informations nécessaires pour éviter les escroqueries financières. Faut-il, toutefois, voir dans ce service un portail d’information préventif ou une officine créée à des fins purement commerciales ? Et faut-il considérer Marc Bouzy comme un humaniste ou énième opportuniste n'œuvrant que pour le profit ? 

 Qui est Marc Bouzy ?

Marc Bouzy se dit avocat, travaillant aux côtés de Nicolas Gaiardo. Ce dernier, faut-il le rappeler, est le principal fondateur de sociétés établies à l’étranger et mêlé à au moins une condamnation pour bande organisée en 2007 et plusieurs procès perdus. M. Bouzy est à la tête d’un service proposé par WT : Check and Pay

M. Bouzy affirme être, lui et son acolyte, victimes d’une campagne de désinformation et de dénigrement visant à écorner l’image de leur business activité consistant à duper informer la communauté des épargnants, les prévenir des escroqueries inhérentes au domaine de la bourse et récupérer leurs sommes perdues quand ils ont été escroqués. Dans les faits, est-ce que ces assertions se vérifient ? Nous avons enquêté pour vous.

Ckeck&Pay : aussi dangereux qu’inefficace

Pour ne pas succomber aux propositions alléchantes de brokers qui s’avèrent illégaux, Check and Pay propose à ses clients de les renseigner, contre rémunération, sur la fiabilité des courtiers de leur choix. S’entend par là que le service leur fournit tous les renseignements utiles liés au courtier concernant sa respectabilité, son « sérieux » ou encore son éventuelle implication à des litiges financiers. Ceci aurait pour finalité de rassurer les clients avant qu’ils effectuent leur premier virement et qu’ils évitent de faire part de leurs coordonnées bancaires à des organismes malintentionnés.

110 euros gaspillés pour des infos gratuitement disponibles sur le net Ceci dit, la réalité s’avère beaucoup moins angélique. En vérité, la centaine d’euros payée pour s’acquérir du « pack complet » incluant toutes les informations requises pour parer à toute escroquerie est elle-même une escroquerie. En effet, lesdites informations données par Marc Bouzy à travers Check and Pay sont déjà disponibles sur Internet et accessibles à tous. Il n’y a nul besoin de payer pour accéder à ces renseignements pour la simple raison qu'il suffit d'effectuer les bonnes recherches sur internet. De fait, quelques clics suffisent pour les consulter en toute gratuité. Sur la Toile, les avis et retours des clients sont partagés en masse. Il est donc inutile de passer par un organisme tiers pour savoir si un croupier est crapuleux et s’il s’est déjà frotté aux rigueurs juridiques.

Marc Bouzy à la solde de courtiers véreux

bouzy fait la promo du margoulin fxcmEn plus d’informer en facturant grassement, Marc Bouzy et son acolyte Gaiardo informaient mal dès le début de leur coopération. Les deux compères vendaient le label de leur société Warning Trading à 1500 € HT/par mois pour des courtiers condamnés par l’AFM. En échange, ils leur consacraient des écrits promotionnels afin de leur faire de la publicité. C’est ainsi que M. Bouzy et son associé ont poussé des traders néophytes dans les mains d'escrocs comme FXCM. Ce dernier est pourtant une escroquerie connue de tous. Vous pouvez lire sur cette page la visite de Gaiardo à cet infréquentable escroc. Même si depuis les deux associés semblent, avoir changé leur fusil d'épaule, il n'en demeure pas moins que seul le gain les intéresse.

Autres zones d’ombre rédhibitoires

Outre ces méfaits, plusieurs points allant à l’encontre de la morale et de la justice sous-tendent les sociétés de Gaiardo et de Bouzy :

  • La société Net and Law de Gaiardo qui édite WT et par ricochet Check and Pay se trouve en Bulgarie et non en France. Elle ne disposait ni de mentions légales ni d'habilitation à agir sur le sol français en résolvant des litiges financiers de victimes françaises. 
  • Check and Pay ne dispose d’aucun agrément délivré par le gouvernement pour se livrer à ces pratiques illégales. Ces dernières procèdent purement à de la manipulation et de la désinformation trompeuse. 
  • Si M. Bouzy était réellement animé par des élans altruistes, comme il le prétend en filigrane, il aurait mis gratuitement à disposition des traders ses informations sur la cybercriminalité financière. Au lieu de cela, il facture abusivement des renseignements élémentaires. 

Tous ces éléments nous laissent penser que, tout comme son associé N. Gaiardo, M. Bouzy n’est attiré que par le gain facile et n’hésite pas à ruser sans scrupules pour se remplir les poches et facturer les moindre information donnée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *